SUCK ON THIS. - forum RPG.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Scottie l'oeuf. // baby, so why don't you kill me

Aller en bas 
AuteurMessage
Scottie Carraway

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 28/11/2009

MessageSujet: Scottie l'oeuf. // baby, so why don't you kill me   Sam 28 Nov - 15:08

Et sinon, tu joues aux cartes ?


I - CARTE D'IDENTITÉ

• Nom : Carraway.
• Prénom(s) : Apolline. Néanmoins vous pouvez craindre quelques regards charbonneux meurtrier si vous l'appelez ainsi. Appelez la Scottie et elle se retournera sur vous le sourire aux lèvres.
• Date et lieu de naissance : 12/12/1992
• Nationalité : Américaine.


II - DOSSIER SCOLAIRE

• Première, deuxième ou dernière année à Queensberry ? Dernière année.
• Vie parascolaire : Scottie est la rédactrice en chef du Queen Berry Said no depuis le début de l'année. Il lui arrive fréquemment de passer des petits messages sarcastiques, en mettant des lettres en gras ou autre, à l'ancien responsable du journal. La jeune fille fait aussi partie du club de théâtre malgré l'énervement constant qu'elle éprouve en présence de Hamlyn Conway. Quel crétin pédant.


III - FLUORESCENT ADOLESCENT

Caractère de votre personnage

Scottie, c’est un peu la fille belle et froide. Du moins, c’est ce que son brushing parfaitement fait à 6h du matin et son maquillage délicatement appliqué vous invite à penser. De même que ses regards charbonneux dédaigneux. - vous n’avez pas lu Fitzgerald, doux jésus marie joseph. Ce que vous ignorez sans doute, c’est qu’Helena - c’est sa mère - à la suite de l’abandon de son fils et aussi frère jumeaux de Scottie a légèrement sombré dans une dépression. Ainsi, lorsqu’Helena n’est pas dans un état de loque, sur le canapé à faire défiler un film de son cher enfant perdu dans les rocheuses ou dans la forêt amazonienne, elle supplie Scottie d’être une belle jeune fille. C’est-à-dire d’être une vraie fille qui n'a rien en commun avec son « ingrat de frère qui ne m'a même pas remerciée pour le sandwich à la dinde que j'ai envoyé le mois derniers, tu m'entends ?! », d’où le brushing à des heures reculées du matin vous imaginez bien. Après avoir cramé ses sourcils une ou deux fois, Scottie a trouvé ça plutôt amusant et pratique. Pratique pour deux raisons : il est bien plus facile d’obtenir des faveurs auprès de la gente du sexe opposé ainsi - nous tairons la façon dont elle est arrivé à prendre le pouvoir au Queen Berry Said No - et puis ça mettait en joie sa mère. Quelle enfant charmante, n’est-ce pas.

En vérité, la jeune fille est un vrai garçon manqué avec très peu de tact. En effet, avec son frère jumeaux ils leur arrivaient assez souvent de se mettre dans des plans impossibles, ce qui avaient le mérite de les rendre tout crasseux, mais le sourire jusqu’aux oreilles, à leur mère. Au collège, elle jouait plus au foot qu’aux poupées Barbie, et pour être franche, elle avait bien plus d’amis garçons qu’autre chose et ne connaissait des filles de son âge que le rire suraiguë irritant à souhait. Mais comment une telle enfant à pu devenir… CA ? Oui, oui, je comprends votre scepticisme.
La métamorphose physique que sa mère a opéré sur elle a aussi déclenché un changement psychologique. Au début, la jeune américaine de Seattle prenaient ça pour un jeu d’acteur comme un autre. Et à mesure que la découverte du monde féminin se faisait, elle rentrait de plus en plus dans son personnage. Ainsi, si on veut parfaitement décrire Scottie, on peut dire que sous un angle extérieur et superficiel elle est égal à la première statue, ridiculement majestueuse et silencieuse, mais au fond, Scottie l’œuf est une fille un peu dérangée à qui il ne faudra pas demander deux fois son avis sur les tartes au citron avec du thé. Ainsi, le peu de gens qui ont eu l’honneur de connaitre la vraie Scottie pensent qu’elle est bipolaire ou un truc dans ce goût là, mais il n’en n’est rien.

Ah, vivement le moment où elle craquera et coupera frénétiquement ses cheveux soyeux d’une blondeur angélique dans les chiottes crades du lycée. En attendant sa détermination et son perfectionnisme l’ont amené à devenir la meilleure amie de Layla Flann. Bien évidemment, Scottie n’est pas sans connaitre les rumeurs qui trainent aux escarpins de la jeune Layla, et reste indifférente à l’existence de ces bestioles de vampires. Enfin, disons plutôt qu’elle s’y intéresse parce que ça fait de bon thème pour le journal, mais ça s’arrête là. N’oublions pas qu’elle est la seule personne féminine, sans doute, à parler pendant des heures à Charles Fuller, qu’elle appelle Charly d’un petit rire cristallin (de pouf oui). De quoi parle-t-il ? De littérature et du communisme évidemment !

IV - SOMETHING IS NOT RIGHT WITH ME

Histoire de ne pas vous ennuyer avec un long résumé de la vie de votre personnage, nous avons décidé de vous proposer trois mises en situation. Vous devez obligatoirement en traiter une, mais libre à vous si vous voulez en traiter plus. Nous vous demandons un minimum de 30 lignes, en utilisant le troisième personne du singulier (ou si vous insistez VRAIMENT, la première).

Situation n°3 ;
A la recherche d'informations sur les insectes nuisibles, sous ordre de votre grand mère, ou encore du dernier best seller, vous tombez sur un livre qui s'avère... Légèrement différent. Mais oui ! Est-ce une hallucination ou il y a un trou en forme de carré, minutieusement découpé, dans les pages ? Félicitation, vous vous retrouvez en possession d'un sachet rempli de Bloody Claret. De quoi vous amuser.

Il n’était pas loin de deux heures lorsque Scottie pénétra dans la bibliothèque. Clairement, Mrs Ockley avait décidé de ne pas payer la facture de chauffage car il faisait un froid de canard. Le plus étrange était donc que cette chère Mrs Ockley arborait, à son habitude, un léger gilet en cachemire par-dessus un débardeur perlés, alors que toutes les autres personnes présentes portaient, au grand minimum, une parka, une doudoune, un pull épais en laine. Scottie n’échappait pas à la règle et portait, avec autant de dignité que cela puisse permettre, un pull en grosse laine gris à tête de cerf. Cadeau d’une tante éloignée qu’elle avait cru réussir à perdre de nombreuses fois, mais sans succès. Ses bottines en cuir cloutées faisaient un bruit infâme sur le sol et elle les bénissaient de briser le silence imposé. Ca lui donnait juste envie de chanter les Sex Pistols, même si ses vocalises laissaient à désirer et que même son hamster ne pouvait pas l’écouter.
La jeune fille balança son sac à bandoulière sur une des tables dans un bruit sourd, héritant par la même occasion d’un regard menaçant de Mrs Ockley. Elle était censé prévoir le premier numéro de Queen Berry Said No depuis son abandon par Melvin et avait le cerveau aussi vide qu’une magic ball cassée. Elle leva les yeux aux ciels, exaspérée par les reniflements constants de son voisin de table. Et c’est ainsi que dans un élan de générosité elle sortit, d’un geste vif, un mouchoir de son sac, et pinça le nez du voisin en question avec le mouchoir. Merci qui ?

Elle abandonna lorsqu’elle réalisa que personne, personne, n’allait se lever et se proposer d’être le sujet d’un article. Ce torchon était tout sauf populaire parmi les élèves de Queenberry, et elle pariait que si elle devait poser pour une photo de l’agenda du pensionnat, Scottie hériterait de moustache d’Hitler ou de dent de lapin. Ce qui ne l’aurait pas dérangée si ça avait été un minimum original. Lassée, elle se leva, faisant un clin d’œil provocateur à son voisin de table en signe d’adieu. Puis, ne sachant que faire d’autre, elle erra parmi les rayons de livres. Revues médicales, journaux mensuels datant de 1905, roman russes. A côté de la fenêtre, parfait. Elle ouvrit son sac et en sorti un paquet de clopes. Avec ses chaussures orthopédiques et ses minuscules jambes à la forme d’un bout de bois, Ockley mettrait bien 10 minutes à boiter jusqu’à l’endroit d’où elle pensait que la fumée et l’odeur exécrable venait.

Et voilà que 5 minutes après, elle se retrouvait, hallucinée, un sachet suspect dans les mains. Aussitôt, elle sauta sur son téléphone, harcelant de sms ce minus de Charly. « la pauvre chenille que tu es a oublié son bordel dans un livre ? » Un peu plus, et cette pauvre Scottie se serait cru dans un feuilleton américain genre Dawson. Attendez, elle refaisait la scène. Dans un plaisir incompréhensible, elle avait voulu faire sa pédante, et avait ouvert un livre de Tolstoï, et POF (oui c’est le cas de le dire) elle se retrouvait avec un petit sachet, un livre abimé, éventré et c’est tout. Et c’est là que le protagoniste aussi débile que ses chaussettes à tête de souris se demande, en voix off, mais que dois-je faire de çaaaa ?
(continuons dans la voix off si vous le voulez bien) je peux rester telle la statue et attendre qu’un ange descende du ciel, ce qui parait probable vu la situation ridicule, je peux aussi remettre le sachet en place mais un pauvre premier année pourrait tomber dessus et je me soucie atrocement de leur état de santé, et je peux aussi faire un article. J’en consomme et je fais un remix de cette excentrique de Frédérique Beigbeder de français. Bon, évident, entre attendre un ange et consommer un truc qu’on vous vante H24, le choix de Scottie a vite été fait.

V - WHAT ABOUT YOU, BABY ?

• Personnalité de l'avatar : Julia Stegner
• Comment avez-vous découvert le forum ? Admin.
• Commentaires ? I'M BATMAAAN.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Scottie l'oeuf. // baby, so why don't you kill me
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Littérature] Troisième nouvelle pour Ser Dunk et l'Oeuf
» Proposition test règles "Baby Face and me" 22/07/2011
» Baby-blabla
» le sauvetage de mon baigneur "Baby" de Convert
» Règles "baby face and me" contre du zombie. 29/06/2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
God Wants Fangs 2.0 :: THE HA HA WALL :: Présentations :: Fiches terminées-
Sauter vers: