SUCK ON THIS. - forum RPG.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Boucan d'enfer - Scottie.

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Boucan d'enfer - Scottie.   Sam 12 Déc - 18:24

Juste en début d'après midi, il franchit la grande porte double donnant sur le hall de l'université et se dirigea vers l'unique et misérable machine à café. Il lui fallait un café, maintenant ou bien, il allait faire un boucan d'enfer. De tel genre que le monde entier aller le prendre pour un fou. Et non, il n'était pas fou, il était tout simplement très énervé. Il dirait même mieux : dans une colère noire, une colère de démon. Il bouscula légèrement une fille et s'incrusta entre deux autres élèves qui étaient déjà dans la file d'attente pour la machine à café. Il avait vraiment envie de faire chier son monde, peut-être pour se venger, peut-être pour se calmer, mais c'était plus fort que lui, il fallait qu'il fasse des conneries. Des conneries qui, parfois, n'étaient même pas rattrapables. Était-ce une pathologie ? Il ne s'était jamais posé la question. Son inconscient ne le faisait même pas pour lui.

Un type de première année le regardait bizarrement, derrière lui. Seiryen démarra au quart de tour :
― Tu as un problème, toi ? Regarde tes pompes, si elles sont bien lacées, au lieu de me faire des reproches oculaires...
Le visage de l'interpellé vira au rouge tomate, comme pris la main dans le sac et il quitta aussitôt la file pour s'enfoncer dans le bâtiment. Seiryen s'en voulu un peu : après tout, il cherchait le bâton pour se faire battre et il ne supportait pas de le voir arriver. Deux filles qui avaient assisté à "l'évènement" se mirent à glousser. Il n'en fallait pas moins pour faire naitre une nouvelle réplique sanglante des lèvres de Marber :
― Ça vous fait marrer ?
Il s'arrêta, renonçant à poursuivre et se replaça dans le sens de la marche. Il n'était pas comme ça, en temps normal. Pas aussi con. Mais ce jour là n'était pas un de ses meilleurs jours, bien au contraire. Tout allait de travers, tout allait au travers de lui. Il n'avait pas réussit à garder son impassibilité et ça le mettait hors de lui. Soudain, il était deux : le nonchalant et l'impulsif luttant intérieurement pour savoir qui allait prendre le dessus. Et pour le moment, l'impulsif gagnait largement.

―Bon, c'est pas finit, ce bordel ? Vous savez pas vous servir d'une machine à café ou quoi ?, lança-t-il soudain. Sa voix résonna dans le vaste hall et revint à lui. Les regards se tournèrent dans sa direction. Il n'arrivait même pas à se calmer, et ça aussi, ça l'agaçait plus que tout.
Il allait à nouveau râler ouvertement lorsqu'un voie féminine emplit à nouveau le hall. Il comprit aussitôt que c'était une réponse à son intervention précédente. Une réponse qui lui donnait le sentiment d'avoir trouver un adversaire à sa taille.


Dernière édition par Seiryen R. Marber le Jeu 24 Déc - 16:17, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Scottie Carraway

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 28/11/2009

MessageSujet: Re: Boucan d'enfer - Scottie.   Dim 13 Déc - 22:29

Charles Fuller était un raté. Charles Fuller était un gentil garçon, disait on, bien qu’insipide. A la seconde même où Scottie l’avait aperçu, elle n’avait pu démentir ce qu’elle avait entendu. La première fois qu’elle l’avait vu, il peinait à attirer l’attention d’une demoiselle et malgré plusieurs respirations bruyantes pour se préparer à prendre la parole, il n’en faisait rien. Sa fadaise était une chose assez étonnante vu que son attitude, sa façon de s’habiller, ses mimiques, ne faisaient qu’attirer l’attention. Mais regroupées en un tout elles devenaient banales. Ainsi Charles était un être assez typique. Assez normal, comme disent les jeunes.

« Tu vois, Scottie, les gens critiquent Staline car il a essayé d’imposer son idéologie à tous, dans la terreur. Mais je ne crois pas qu’on puisse faire autrement. Les foules ne savent pas ce qu’elles veulent. » Scottie leva ses yeux marrons vers Charly d’un air un peu surpris. Non, décidemment les nuits blanches pour terminer des devoirs ne lui réussissaient pas. Et cet imbécile qui continuait à lui parler du communisme. Et à la réflexion, elle ne savait même pas ce qu’elle faisait dans le hall d’entrée. En effet, quelle idée stupide de comater dans une salle traversée de courant d’air glacé au possible. Elle se leva lentement, jetant un coup d’œil à Charles. Il était clair, vu ses habits froissés et ses cheveux épars, qu’il n’avait pas non plus dormi de la nuit : où trouvait il donc la force de discourir sur ses idées politiques ? Scottie soupira bruyamment, puis traina sa carcasse vers la machine à café, oasis parmi un désert infini de fatigue. « Je dirais même qu’elles n’ont que l’intérêt individuel en tête, mon petit Charly » Un café, par pitié, sinon elle sentait que ses jambes allaient se dérober. Et elle pouvait parier que Fuller n’était pas un coussin amortisseur des plus confortable.
La jeune fille était entrain d’imaginer l’odeur délicieuse du café chaud - à dire vrai cette petite pisse que nous sortait la machine à 1£ le gobelet avait plus un goût d’eau au colorant artificiel marron qu’autre chose - quand ce cher Fuller lui mis un coup de coude dans les côtes. Il la regarda pour attirer son attention - il fallait qu’il apprenne maintenant tout de suite à attirer l’attention des gens, génial- puis montra une espèce de type un peu plus derrière dans la file. Oui, bon, sans intérêt, disons le.

Encore cinq personnes devant elle. Nom de dieu. Les humains sont d’une lenteur. Ne pouvaient ils donc pas papoter de leur soirée de la veille, du type ou de la fille qu’ils s’étaient serré plus tard ? NON, il fallait qu’ils en parlent DEVANT cette putain de machine à café. Scottie respira un bon coup, la fatigue extrême laissait place à un léger énervement. Si bien qu’elle cru que sa voix avait dépassé ses pensées lorsqu’une espèce de rigolo commença à s’égosiller. En fait, il s’avéra que c’était le même type que Charles lui avait montré quelques secondes plus tôt. Scottie soupira une seconde fois : pourquoi, ô pourquoi n’y avait il pas deux machines à café dans cet immense hall ?

« Hé beau gosse, arrête de faire ton intéressant. C’est exaspérant au possible. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Boucan d'enfer - Scottie.   Jeu 24 Déc - 16:13

― Hé beau gosse, arrête de faire ton intéressant. C’est exaspérant au possible.
Seiryen tiqua, pencha légèrement la tête sur le côté et sourit, de son sourire en coin un peu tordu qui mélangeait à la fois amusement et satisaction. Avait-elle bien dit "beau gosse" ? Oui, c'est bien ce qu'il avait entendu. Décidément, cette demoiselle avait de quoi lui plaire : une bonne répartie et une sincérité qui lui faisait amplement plaisir. Mais, pour la forme, il fallait répondre à cette affront. Après tout, elle ne le connaissait pas et se permettait de le remettre à sa place - comme elles à le répéter. Cette fois-ci, il ne cria pas comme un con, il se contenta de parler juste suffisamment haut pour qu'elle puisse entendre et également pour couvrir le brouhaha des élèves qui avaient repris leurs discutions en voyant que le "jeune con" (parce que c'était probablement comme qu'on le surnommé) ne répondait plus.
Il se décala un peu de la file d'attente pour voir de quelle direction et donc, de quelle personne provenait la voie. Était-elle derrière lui ou devant lui ? Il pensait bien qu'elle devait se trouver devant lui mais n'était absolument pas sûr de ça. Lorsqu'il était énervé, une quantité astronomique de détails lui échappait, ce qui se révéler souvent être un léger handicap. Et même s'il avait appris à contrôler son impulsivité, la colère, elle, le gagnait encore trop souvent à son goût. Parfois même pour des raisons absolument débiles, des détails futiles ― de belles conneries pour la plupart du temps, quoi.
L'intervention de l'inconnue l'avait un peu calmer ; ou plus exactement, elle avait transformé sa colère en autre chose, de moins "dangereux", de moins "explosif" même s'il ne savait pas en quoi exactement. Enfin un peu de distraction ! Il s'emmerdait tellement par ici.

― Merci du compliment, mademoiselle, mais "exaspérant au possible", ça ne se dit plus depuis des siècles.
Il savait que c'était absolument stupide comme réponse et il s'attendait à un retour du genre qui tapait sur son niveau intellectuel bas ou médiocre : la répartie type. Il commençait à approcher de la machine à café, il pouvait donc largement voir la demi-douzaine de personnes qui étaient encore devant lui. Il y avait une brune et un maigrichon, une blonde-châtain clair accompagnée d'un type qu'il connaissait vaguement ― Fuller ou un truc dans ce genre ― et deux autres gas de première année. Il se pris la tête entre les mains en voyant l'un des deux gas de première faire tomber ses pièces de monnaies et se baisser pour aller les ramasser. Avec des types aidés dans ce genre, ça expliquait tout de suite la lenteur inimaginable du manège. En plus, il se dit que le café n'était peut-être pas la meilleure solution, au vue de l'énervement qui l'habitait. Mais maintenant qu'il approchait de l'arrivée, il n'allait certainement pas renoncer, ou bien il aurait "fait son intéressant" pour des prunes. Hors de question.
Il allait se ré-intégrer dans la file lorsqu'il tilta : ça ne pouvait être que la blonde-châtain clair, l'inconnue. Il en était pratiquement sûr. Un plan venait de naître dans son esprit et il ne lui manquait plus qu'une minuscule preuve pour passer à l'action.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Boucan d'enfer - Scottie.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Boucan d'enfer - Scottie.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Enfer du Jeu - 11/11/11 et suivant - Colomiers
» [MOC] Gardien de l'Enfer: Les differentes formes
» le trou noir de l'enfer
» (Accepté) Herbalyst, une nini d'enfer!
» Rédaction français : Le paradis paisible et l'enfer ténébreux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
God Wants Fangs 2.0 :: • QUEENSBERRY - Bâtiment principal :: Hall d'entrée-
Sauter vers: