SUCK ON THIS. - forum RPG.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Friday I'm in love | Julian

Aller en bas 
AuteurMessage
Julian Ellis

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 30/11/2009

MessageSujet: Friday I'm in love | Julian   Mar 1 Déc - 0:37

A noter : vous pouvez insérer toutes les images que vous souhaitez, cependant, ça ne doit pas déformer le cadre du forum. Il en est de même pour les citations. Vous avez obligation de remplir tous les champs.

Et sinon, tu joues aux cartes ?


I - CARTE D'IDENTITÉ

• Nom :« Mais t’as le même nom que Bret Easton Ellis ! » « Ah ouais ? Putain j’avais pas remarqué… » Petit sourire en coin.
• Prénom(s) : Julian.
• Date et lieu de naissance : Le 14 février 1993. Tu as le droit de rire mais seulement quand Julian sera caché à la bibliothèque.
• Nationalité : Anglaise.


II - DOSSIER SCOLAIRE

• Première, deuxième ou dernière année à Queensberry ? Deuxième année.
• Vie parascolaire : Imaginez le désespoir qui a envahit Julian lorsque sa mère lui a dit qu'il avait obligation de cocher une des petites cases dans "vie parascolaire" alors que, de un, il n'aime pas les gens, et de deux, tout l'intérêt d'une activité parascolaire est qu'elle soit facultative voir fortement déconseillée. Du coup il fait partie du club de littérature. C'est ce qu'ils ont du comprendre par le minuscule croix dans la case cochée. Sinon, il essaie désespérément de rejoindre le club des artistes en herbe.


III - FLUORESCENT ADOLESCENT

Caractère de votre personnage

« Taie toi. Ah pardon. Je veux dire : aurais-tu l’extrême obligeance de fermer ta grande gueule ? Tu me déranges un peu. » Bon rassurez-vous, lorsqu’il est de bonne humeur -ce qui arrive tous les 29 février- Julian sait avoir du tact. C’est même un charmant garçon quelque fois et il lui arrive fréquemment de donner des gâteaux à sa grand-mère et au chat de celle-ci.
Sans rire. Ces quelques phrases, adressées à un tiers qui ici a peu d’importance, reflètent toute la délicieuse personnalité du jeune homme. En effet, les premiers traits apparents sont son extrême irascibilité et sa misanthropie superficielle. Encore une fois, n’ayez crainte, pour vivre en société, Julian a apprit à masquer cette dernière caractéristique. On doit ça à son savoir vivre anglais et ses manières américaines qui ont un peu semé le trouble dans l’esprit du garçon Ellis. Dans une étude plus approfondie, on peut apprécier le langage à la fois soutenue et vulgaire qui fait tout le charme de Julian (bien sûr, tout à fait) mais aussi son côté impulsif. Le pauvre enfant n’a pas toujours été comme ça, mais depuis l’adolescence il fait une fixette sur la devise « carpe diem » et a donc une peur maladive de manquer quelque chose de fantastique. De se retourner et de rendre compte que c’est trop tard, bien trop tard et qu’il ne lui reste plus qu’un contempler un passé modifié par son amertume.

Vous vous dîtes que Julian est un petit con prétentieux et pédant par-dessus ? Vous avez raison. Il se trimballe toujours avec un bouquin sur lui -en ce moment c’est Les possédés- et l’exhibe en ricanant face aux petits regards noirs de ces camarades. Ou pire « Oh, mais tu lis, Julian ? Je ne te pensais pas comme ça ! » Oui ça aussi c’est très amusant. Il est gentil habituellement. « Et si. Ca arrive même aux meilleurs. » La douceur et la sincérité même, n’est-ce pas. Quelques fois, il y a quelques malins du club de foot qui comprennent le sarcasme et là, vu sa musculature peu développé, plusieurs options s’offrent à lui : courir loin en enjambant femme et enfant, intimider avec son livre en le collant au nez de la personne, tous en disant plusieurs fois de suite le titre -ce qui donnerait ici Les possédés, les possédés, les possédés !- Et vous savez bien, Julian est le genre de personne a avoir assez confiance en soi pour opter pour la seconde option. Oui bah…

Mais Julian est avant tout quelqu’un qui se soucie fortement de son prochain, dans une mesure très précise. Oui, bon, ils ne les aiment pas, pour être francs, mais ça ne l’empêche pas de s’intéresser à leur vie sous forme d’étude sociologique. Il avait même rempli un petit carnet. Malheureusement ce dernier a atterri dans les mains des concernés et il faut croire qu’ils n’ont pas vraiment apprécié les constatations du genre « personne de sexe féminin à l’encéphale complètement détruit. Cause : maquillage a outrance qui a infiltré le cerveau. Deux expressions dans son vocabulaire : il est trop beau et hihi, si hihi compte comme un mot. » De ce fait, il porte un intérêt très poussé aux Bloody Claret et en consomme assez fréquemment. Mais on ne peut pas vraiment dire qu’il est accro, du moins il s’en défend. Il se croirait en pleine tragédie grecque s’il devait un jour admettre être irrévocablement dépendant de quelque chose ou quelqu’un.

IV - SOMETHING IS NOT RIGHT WITH ME

Histoire de ne pas vous ennuyer avec un long résumé de la vie de votre personnage, nous avons décidé de vous proposer trois mises en situation. Vous devez obligatoirement en traiter une, mais libre à vous si vous voulez en traiter plus. Nous vous demandons un minimum de 30 lignes, en utilisant le troisième personne du singulier (ou si vous insistez VRAIMENT, la première).

Situation n°2 ;
Un camarade vous a joué un mauvais tour. En effet, celui-ci a fait vos louanges auprès du principale, Sir Abbott Hainsworth. Les larmes aux yeux, ce dernier a décidé que vous devriez faire un discours de bienvenue devant tous les élèves de Queensberry. Bien joué !

Le regard endormi et indifférent de Julian s’était mué en deux billes rondes sombres. Soit il rêvait de son instant de gloire soit on lui avait vraiment joué un mauvais tour. Non, vraiment non. Qui aurait pu faire ça ? Qui était la petite crapule qu’il allait devoir écraser avec son livre ? Il avait hâte de savoir car aujourd’hui était le début du mois, et en début de mois, il se trimballait toujours avec un énorme pavé, quand bien même il mettrait plusieurs mois à le finir -ce qu’il n’avouerait même pas en cas de torture. D’ailleurs, il jeta un coup d’œil rapide dans son sac à bandoulière et souriait à l’idée de sa vengeance typiquement Ellisienne.

« Ah ! A votre sourire je vois que l’idée vous plait, monsieur Ellis ! Tant mieux, tant mieux. Vous m’excuserez de ce court laps de temps, mais vous devez faire le discours dans deux heures. Ne me remerciez pas, remerciez votre admiratrice. Elle souhaite garder l’anonymat, que voulez vous, quel altruisme. » A la petite voix enjouée de Mrs Dumphry, le jeune écossais leva les yeux, n’ayant vraisemblablement enregistré aucun des divins mots qu’elle venait de prononcer. Il oscillait entre l’espoir que ça soit un canular et l’envie d’utiliser son livre. Vraiment, et cela l’ennuyait beaucoup. « Pardon ? » Commença-t-il avec sa voix d’adolescent hésitant et fatigué avant d’être grossièrement coupé : « Je vous laisse ma salle de cours pour vous concentrer. Brillez, brillez, brillez. » Et voilà qu’elle était partie… Il se serait bien fait un plaisir de dire à cette Dumphry qu’il n’était qu’en seconde année et que cette noble tache ne lui revenait pas, que c’était usurper celle d’un autre et qu’il ne pouvait cautionner ce genre de comportement. Tout ça tout ça. Mais il n’eut pas le plaisir de pouvoir le faire.
Maintenant, il avait le choix et il aimait trop la connotation dramatique pour prendre le chemin de la facilité. Oui, voilà, c’est ça quand vous avez un sens exagéré du dramatique, vous vous sentez obligés de répondre à la demande, d’exagérer et par la suite vous osez vous retourner et vous demander comment vous vous êtes retrouvés dans une situation si ridicule. Un sourire aux lèvres, il pénétra dans la salle, stylo dans la main.

« Alors tout d’abord je souhaite dire que si vous cherchez des Bloody Claret, regardez entre les arbres. On dit souvent que les gens glauques s’y cachent. Je ne sais si c’est vrai, pour ma part, je suis trop pur pour m’y intéresser. » Une feuille vierge dans les mains, sous l’emprise d’une dose tout à fait légère de Bloody Claret, Julian s’efforçait de ne pas partir en courant entre les arbres. Car oui, cette salle était remplie de monstres hideux à en pleurer. Il en éprouvait une certaine peur ainsi qu’une fascination, même s’il savait pertinemment que c’était la drogue qui faisait ça. Il ne pouvait s’empêcher de les fixer, les lèvres sèches, tremblant un peu plus à chaque minutes. Malgré tout ces monstres avaient un visage humain même si déformé et cela était empreint d’une beauté qu’il avait du mal à se décrire. Leur laideur extrême ne pouvait pas se contenter d’être moche et silencieuse, non, elle était bouleversante, touchante. « Je vous vois entrer plein d’espoir et cela m’émeut. Oui, je suis ému. Mais ouais putain j’en pleurais presque. Car vous ne savez pas que vous n’atteindrez jamais l’objectif que vous vous fixez. Je veux dire votre réel objectif. Pas celui de sortir d’ici, pas celui de réussir ses épreuves ni de se faire des amis, mais celui de devenir quelqu’un. Je vous emmerde hein ? Mais j’ai raison et j’ai envie d’être utile à mon prochain, tout de suite, maintenant. Vos buts sont juste là pour vous donnez une raison de vivre. Vous en avez besoin. Pathétique mais émouvant. Moi, j’en ai pas besoin. Qui en a besoin avec les Bloody Claret ? » Et sur ces dernières paroles, alors que les professeurs criaient à l’inutilité du monologue, Julian tomba lourdement, de tout son être, sur la scène en bois vieillis.

V - WHAT ABOUT YOU, BABY ?

• Personnalité de l'avatar : Cesar Casier
• Comment avez-vous découvert le forum ? C'est arrivé par ma fenêtre. Un peu magique ouais.
• Commentaires ? J'ai fais un DM d'espagnol pour la première fois de ma vie, de plus à une heure tout à fait correcte. Je sais pas si je vais bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sir Abbott Hainsworth
Admin
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 24/11/2009

MessageSujet: Re: Friday I'm in love | Julian   Mer 2 Déc - 0:59

Tu es validé mon petit, bienvenue parmi nous.
Tu sais ce qu'il te reste à faire, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://godwantsfangs.forumactif.com
 
Friday I'm in love | Julian
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» love and hate
» Habbo Love 2007 = Pourrave
» [CR] Julian (S&T n°266)
» [Joute] Targaryen Mestre de Twn2dn (1er Black Friday 2011)
» The Friday Race S6-08 : Azores

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
God Wants Fangs 2.0 :: THE HA HA WALL :: Présentations :: Fiches terminées-
Sauter vers: